La danse, un univers à part entière

Les bienfaits de la danse sur l'enfant


Même si cela paraît invraisemblable, les gestes et la danse sont des actes quasi-naturels chez les enfants. Des études ont d’ailleurs prouvés qu’ils ont développé cette faculté avant celle du langage. Les enfants se laissent facilement emporter par la musique. Il s’agit en quelques sortes d’un réflexe. Dès qu’ils entendent le rythme de la musique, ils se dandinent et se trémoussent. Alors pourquoi ne pas s’en servir pour les aider à développer leur capacité motrice et intellectuelle ? Vous pouvez par exemple les inscrire à des cours de danse pour débutant ou encore à des séances d’éveil. Entre danse contemporaine, chorégraphie, claquettes, danse latine et barre au sol, votre bout de chou appréciera les bienfaits d’une activité où apprentissage se marie avec amusement.

Un excellent développement physique


Bien plus qu’un simple sport, la danse est perçue comme étant une activité physique à part entière. Accessible dès l’âge de 3 ans, voire 2 ans dans certaines écoles de danse, elle permet à l’enfant de maîtriser son corps, d’accroître sa capacité motrice et de gagner en autonomie. Peu importe la discipline et le style de danse qu’il aura choisis, le résultat restera le même : un développement physique optimale. Il sera en mesure de sauter, de se tenir debout, de marcher et de garder l’équilibre tel un jeune adulte. Cela s’explique par le fait que la danse, à travers les mouvements ainsi que les différents enchaînements, augmente la souplesse ainsi que l’amplitude des mouvements musculaires. En effet, parce qu’il est en phase de croissance, l’enfant possède des muscles et des os qui sont plus malléables et plus réceptifs aux gestes divers. À cet effet, le choix de la discipline devra prendre en compte l’âge de l’enfant. S’il a moins de 4 ans, il est préférable d’opter pour la danse classique ou la barre au sol. Lorsqu’il aura atteint 6 ans, il aura plus de possibilités : hip-hop, tango argentin, danse moderne, danse orientale…


Une grande capacité intellectuelle


Inscrire son enfant à des cours de danse classique, de kizomba ou encore de danse moderne, c’est réveiller la danseuse et/ou le danseur qui sommeille en lui et par la même occasion développer sa sensibilité artistique. Ce genre d’activité lui apprend aussi à exprimer ses émotions, surtout s’il est en situation de handicap ou s’il est sujet à des difficultés sociales et d’adaptation. Les parents ne s’en rendent peut-être pas compte, mais la danse a un effet direct sur le cerveau de l’enfant (bienfaits psychologiques). Non seulement elle stimule son imaginaire, mais elle décuple aussi ses habiletés cognitives, notamment son intelligence linguistique. L’une des avantages de la danse réside aussi dans le fait qu’il permet à l’enfant de travailler sa concentration.

Pour les parents un peu trop occupés


Si vous n’avez pas la possibilité de les déposer à leur école de danse, parce que vos horaires de travail ne vous le permettent pas, parce que vous avez un rendez-vous important ou pour toute autre raison, au lieu de vous résoudre à cette situation, sachez que vous avez à votre portée une solution toute simple. Vous pouvez tout simplement confier la tâche à une nounou périscolaire. L'avantage de recruter une garde d'enfant périscolaire, c'est qu'en plus de ramener et de chercher vos loulous à leur école de danse, elle peut aussi s'en occuper en votre absence. Parmi ses principales missions, on cite l'aide aux devoirs, les activités adaptées à l'âge de chaque enfant et le bain.


PS : Il faut savoir qu’il existe aujourd’hui des formes de thérapie par la danse qui aident les enfants à mieux affronter leur quotidien et à appréhender leurs problèmes, quels qu’ils soient. Aussi, il est fort conseillé d'inscrire vos bouts de chou à une école de danse.